navigation

Haro sur les chômeurs ! 14 février, 2012

Posté par issindou dans : Points de vue , trackback

Le président futur candidat (ce n’est plus qu’une question d’heure au moment où j’écris ces lignes) ne sait plus comment faire pour séduire les français. Comme il a beaucoup de mal à parler de son bilan qui s’apparente davantage à un dépôt de bilan, il « droitise » son discours et tente de nous amener sur des sujets de société qui, malgré leur importance, ne sont pas la préoccupation immédiate de nos concitoyens.

Mais la plus grosse imposture du programme qu’il annonce est bien le référendum sur le chômage. Que vient faire un référendum dans cette affaire ? Veut-on faire dire aux français que les chômeurs doivent retourner au travail ? Mais ils n’attendent que ça pour la très grande majorité d’entre eux ! Ils sont aujourd’hui près de 5 millions dans cette situation. Encore une fois, on veut montrer du doigt ceux qui abuseraient du système, vivant des minimas sociaux et du travail au noir. Il en existe, mais il sont une infime minorité et ceux que je rencontre au quotidien sont réellement dans la désarroi.

Et quel besoin d’un référendum alors que les devoirs des chômeurs ont été rappelés et amplifiés par la loi du 1er août 2008 que j’ai eu l’honneur de combattre au nom de mon groupe à l’Assemblée ? Cette loi dit qu’un chômeur ne peut pas refuser plus de 2 emplois correspondant à des « offres raisonnables » définies dans la relation avec les conseillers du pôle-emploi. Le dispositif anti-fraude existe donc. Le problème c’est que le pôle-emploi n’est pas en mesure de proposer des offres raisonnables, parce qu’aujourd’hui et depuis bientôt 40 ans, les demandeurs d’emplois sont plus nombreux que les postes à pourvoir sur le marché du travail. Les causes de ce déséquilibre sont multiples et se combinent : progrès technique, compétition mondiale, capitalisme financier sauvage faisant primer le revenu de l’actionnaire sur les salaires des travailleurs et l’investissement dans l’outil de production.

Pour les opposants que nous sommes, la résorption du chômage passe d’abord par le retour d’une croissance économique plus forte, stimulée par un meilleur partage des gains de productivité et une politique forte en matière d’innovation et de recherche. La seule réponse du candidat Sarkozy à cette ambition pour l’emploi est de faire porter aux seuls chômeurs la responsabilité du chômage en focalisant l’attention sur les offres d’emplois non pourvues. Ces dernières existent, pas question de le nier. Mais si elles ne trouvent pas preneur, il faut d’abord incriminer la médiocrité des salaires et des conditions de travail proposés ainsi que les difficultés de pôle-emploi, en raison de l’insuffisance de ses effectifs, à accompagner correctement les demandeurs d’emplois. Il est évidemment plus facile, pour un président-candidat aux abois de désigner un ennemi intérieur, que de faire comprendre la complexité de la situation économique. Facile certes, mais dangereux pour la cohésion sociale. Cette droitisation est malsaine et n’a pour seul mérite que de clarifier les choses : il y a ceux qui divisent et ceux qui rassemblent. J’ai choisi mon camp depuis longtemps.

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Comité de solidarité avec l... |
Luisant Pour Tous |
Collectif antilibéral de Ch... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PCF Gardez la parole à Vill...
| Tristes topiques
| Le blog de Pierre Roche : ...